Nous repartons à l’attaque de Chamechaude, sommet le plus haut de la Chartreuse (2082m) !

La neige est tombée depuis quelques jours, nous savons que nous allons tomber dessus. Mais lorsque nous arrivons au Col de Porte, nous ne pensions pas en trouver autant… Il faut admettre que nous avions oublié que nous étions à 1326m.

Cette fois-ci, nous avons décidé d’atteindre le sommet par une « randonnée du vertige » (livre de Pascal Sombardier) : Chamechaude par la sangle du Jardin et la brèche Arnaud. Nous avons le topo sur nous car nous avons eu la chance de trouver le livre en bibliothèque !

Nous commençons par le début « basique » (que vous pouvez retrouver dans cet article). Il faut remonter la piste de ski pour suivre les indications « Chamechaude » en sous-bois et atteindre la cabane de Bachasson. Il faut continuer sur la gauche pour monter et atteindre un panneau à 1743m, sous un gros rocher, « La Folatière ». Pour en arriver jusque-là, cela me semble beaucoup plus simple que la dernière fois, et ce malgré la neige qui nous fait glisser. Nous montons rapidement et arrivons sous le soleil à la Folatière, mais les nuages commencent à arriver. À cette intersection, nous prenons à gauche (aucun chemin n’est indiqué) pour nous diriger vers la sangle du Jardin.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le chemin est plus difficile à suivre car il est enfoui sous la neige et il semble que nous soyons les premier sur ce chemin depuis que la neige est tombée. Nous commençons à monter dans la neige et les cailloux pour trouver les balisages (flèches jaune et rouge), que nous mènent dans un couloir. Le vent s’est levé et nous sommes dans un frigo ! Le ciel se couvre, nous sommes congelés. Arrivés en haut du couloir, nous supposons que nous apercevons la sangle du Jardin. Mais nous décidons tout de même de faire demi-tour : il y a trop de neige pour emprunter un chemin inconnu, nous sommes frigorifiés et le ciel ne s’arrange pas.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tant bien que mal, nous descendons ce que nous avons monté pour rejoindre le chemin principal et le col de Porte. Une fois de plus, Chamechaude n’a pas voulu de moi. Nous rentrons sous la pluie pour atteindre la voiture et rentrer au chaud, à Grenoble.

Petite conclusion

Après vérification sur une carte, nous n’étions pas engagé sur le chemin. Nous avons bien fait de faire demi-tour, et nous réattaquerons cette partie avec du beau temps et pas de neige !

Toujours se méfier de la météo… Et faire attention aux sensations une fois en montagne ! Il ne sert à rien de s’aventurer dans un chemin si vous ne le sentez pas.

Le courage en montagne se résume à peu de choses, mais à la fois tant : savoir s’arrêter et faire demi-tour…

Le tracé

Capture d_écran 2018-11-04 à 17.24.13

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s